Dernières nouvelles
LES COVOITUREURS EN LIGNE DE MIRE CONTRE L’ETAT
SAMSUNG DIGITAL CAMERA

LES COVOITUREURS EN LIGNE DE MIRE CONTRE L’ETAT

  (Par Frédéric DIALLO)

LES COVOITUREURS EN LIGNE DE MIRE CONTRE L’ETAT
« Quand les autorités ne vous donnent pas du travail.Si vous en trouvez, qu’elles  vous laissent travailler »

Pour éviter de nouvelles confrontations avec les forces de l’ordre, les covoitureurs sont en train de s’organiser avec leurs avocats pour produire un document pouvant leurs permettre de circuler comme ceux d’Europe  et des Ameriques.Ils ont organisé un point de presse pour dérouler leur planning et demander aux autorités de faire arrêter les exactions dont ils sont victimes.  
Ils sont des centaines et des centaines à répondre à ce  point de presse pour mettre en garde  les autorités, qu’ils  qualifient de malfaiteurs.Si les autorités ne donnent pas du travail et si vous en trouvez, qu’ils  vous laissent travailler. C’est la question  que ces chauffeurs leurs  posent. Sachant les conditions dans lesquelles les Sénégalais sont confrontés, surtout la jeune génération qui n’arrive pas à trouver du travail.Pensez les aider pour qu’ils  s’organisent, est dix mille fois meilleur, que de les mettre devant certaines situations .

Ces chauffeurs qu’on tente d’exterminer,  ce sont ces Allô-Dakar, Allô-Mbour, Tivaouane etc, qui garent leur véhicule dans un coin pour chercher client.Mais voilà au lieu de les organiser pour pouvoir gagner  aisément leur pain, ces moribonds d’autorités tentent de les mettre au néant.Et cela ne passera pas, d’après ce qu’ils ont arrêté lors de leur point de presse.Ils soulignent d’être en ligne de mire et attendent que les intimidations de l’autre jour reprennent.

Ils rappellent que le collectif veut créer une structure fédérative  nationale comme en Europe et aux Etats Unis avec les taxis « Uber », qui permettent aux automobilistes de se faire accompagner par un ou plusieurs passagers en échange, d’une contribution  aux frais d’essence  et de péage. Cette nouvelle formule permet aux usagers d’économiser une certaine somme d’argent.

Pour ce nouveau type de transport, le collectif demande à l’état de regrouper les acteurs du transport  pour une concertation franche, afin de régulariser ce covoiturage qui vient soutenir le PSE tant souhaité par le président de la république du Sénégal.

Le collectif est en train de travailler étroitement avec ses avocats pour parfaire un document qui sera soumis à l’appréciation  des autorités pour une prise en charge  de ses revendications.Le président de cette nouvelle  structure  routière s’appelle Ablaye Ndiaye « RIM » (Affaire à suivre)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*